Structuration de l’enseignement supérieur et de la recherche



La commission Structuration de l’enseignement supérieur et de la recherche de la CDEFI a été créée en 2011.
 
  • Président : Armel de la Bourdonnaye, directeur de l’INSA Hauts-de-France
  • Vice-présidente : Céline Fasulo, directrice adjointe de l’IMT Nord Europe
  • Vice-président : Romain Laffont, directeur de Polytech Marseille

Le rôle de la commission
Structuration de l’enseignement supérieur et de la recherche


Les membres de la commission ont pour mission de réfléchir à l’ensemble des problématiques liées l'attractivité et la compétitivité des territoires, aux politiques de site de l'enseignement supérieur et de la recherche et aux stratégies de mise en réseau et de marque des écoles.

Par ailleurs, les membres de la commission s’intéressent aux modèles de gouvernance des écoles d’ingénieurs et à la valorisation de la place occupée par les écoles d'ingénieurs dans le maillage territorial de l'enseignement supérieur.
 

Les travaux prioritaires de la commission
Structuration de l’enseignement supérieur et de la recherche


La commission a ainsi vocation à s’intéresser notamment aux sujets suivants :

  • les regroupements des établissements d’enseignement supérieur et de recherche notamment les établissements publics expérimentaux rendus permis par l’ordonnance de décembre 2018 relative à « l’expérimentation de nouvelles formes de rapprochement, de regroupement ou de fusion des établissements d’enseignement supérieur et de recherche »,la mise en place des regroupements et la question de savoir comment définir une politique de site efficiente, 
  • la valorisation et la structuration de la filière de technologie,
  • les bonnes pratiques sur le pilotage des écoles d’ingénieurs,
  • la coordination des différents réseaux nationaux d’établissements (Mines – Telecom, UT, INSA, etc.),
  • la valorisation des coopérations entre les établissements publics et les établissements privés et l’identification des bonnes pratiques.
 
 
Zoom sur la position de la CDEFI sur la politique de site

Les grands enjeux sociétaux auxquels nous sommes confrontés (transitions environnementale, énergétique, numérique, générationnelle, etc.) nécessitent une ingénierie de pointe : si la France ne produit pas les technologies et services pour y répondre, elle devra demain aller les chercher à l’étranger. La technologie doit donc être prise comme un sujet en soi et faire l’objet d’une dimension explicite de la politique nationale en matière d’enseignement supérieur, de recherche et d’innovation (ESRI). Cela doit notamment se traduire par des collaborations renforcées entre acteurs de l’ESRI pour mener des projets en commun, se rapprocher, voire se regrouper. Tous ceux qui forment les compétences technologiques de demain et mènent des projets de recherche de pointe sont concernés : écoles d’ingénieurs internes ou externes à l’université, publiques ou privées, relevant du MESRI ou des ministères techniques, certaines composantes de l’université, IUT, IAE, écoles de management, mais aussi établissements publics à caractère scientifique et technologique (CNRS, etc.).